La fin des énergies fossiles

Mine de charbon
Pipeline de Gaz
Source : dailymorocco

Par nature, les énergies fossiles ne sont pas renouvelables.
Le pétrole le plus récent par exemple a probablement 100 Millions d’années. Imaginer que nous nous servons dans des puits sans fonds n’est que pure illusion.

C’est certain, il n’y aura plus ni charbon, ni gaz, ni pétrole ; la difficulté est de dire quand. Si l’on en croit les spécialistes, la fourchette se situe entre 30 et 50 ans.

Photo : Residência Técnica – Escola Técnica

En tout cas pour un accès à monsieur tout le monde. Il est probable que les réserves seront consommées en sifflet, après une augmentation considérable des prix, et un rationnement drastique.

Alors, on entend dire notamment concernant surtout le pétrole, que « tout cela est faux, ce sont les pétroliers qui brandissent la menace de la pénurie pour nous le vendre toujours plus cher » etc. etc… Les gens ne l’imaginent pas, mais les énergies fossiles sont plus proches de la gratuité, que chères, et cela sera démontré durant la conférence.

Un exemple ?

Avec un litre de Gasoil, on déplace un camion semi-remorque de 40T sur une distance de 2,5 km. Un litre coûte 1,5 €, c’est le prix d’un café pris au comptoir…
Pour réaliser le même travail manuellement, il faudrait 150 hommes pendant une journée de 8 heures. Même payés au smiccela coûterait 15 000€, soit 10 000 fois plus cher.

Vous le trouvez toujours cher le carburant ?
Cher peut-être ? mais par rapport à quoi ?

Nous n’avons pas compris à temps que ces fabuleux gisements d’énergies sous nos pieds auraient dû être économisés. De nos jours, malgré les incantations de tous, la consommation de pétrole ne cesse d’augmenter. Elle vient d’atteindre les 100 Millions de barils/jour. Le chiffre est tellement grand, qu’il ne nous interpelle même plus, je le dissèque dans ma conférence.

Un exemple ?

Un Baril contient 159 litres.
L’HOMO CONSOMMATUS brûle l’équivalent de 7 citernes de semi-remorque … chaque seconde !!!

Le pétrole, ne se limite pas aux carburants. N’oublions pas que tout est pétrole autour nous ; plastiques, chimie, médicaments, textiles, goudrons sur nos routes…

Sommes-nous certains que les éoliennes, panneaux solaires et autre hydrogène contiennent les substances nécessaires ?

Nous savons que nous avons consommé la moitié des réserves accessibles connues et probables en seulement cent ans.
Oui, en cent ans, et que nous avons dépassé le « Peack oïl ».

La demande ne cessant d’augmenter, dire que la fin est proche, parait réaliste.



Newsletter