UN GRAVIER DANS LA CHAUSSURE

Il y a encore deux mois, même si dans mon esprit l’issue de la civilisation qui est la notre ne faisait aucun doute, je me pausais des tas de questions :
– Comment mesurer à quel point notre existence est artificielle et fragile ?
– Comment mesurer à quel point cette civilisation est dépendante des énergies fossiles et en particulier du pétrole ?
– Comment pouvons-nous prétendre être intelligents et courir les yeux fermés vers notre déclin sans en avoir conscience ?
– Comment convaincre le plus grand nombre de regarder les choses en face ?

Par ailleurs, j’avais du mal à imaginer quel serait le « déclic » qui viendrait matérialiser la dernière ligne droite du règne de l’Homo Consommatus. Jusque là, je pensais qu’un jour, suite à un événement extraordinaire, nous assisterions à une flambée du prix du pétrole et que ce serait par cet événement que l’économie mondiale serait impactée, entraînant dans son sillage une radicale métamorphose de notre mode de vie.

Force est de constater, que la COVID 19 m’a devancé !

Comme tout un chacun, je m’en serais passé, mais je reconnais que ce virus est venu, à sa sinistre manière, orienter ma pensée.

Si j’entends les médias et ce qui se dit sur les réseaux sociaux ,très certainement, il y aura un « avant » et un « après ». Toutefois, même si au final j’adhère à cette théorie, je pense que la transition s’opérera en au moins deux grandes phases. Sur cette page, je vais tenter de développer la première.

Dans un premier temps (qui sera probablement pénible à gérer), l’Homo Consommatus va reprendre ses habitudes et fera plus ou moins le contraire que ce qu’il dit devoir faire. Inconsciemment, il voudra vivre comme avant, au fur et à mesure que les autorités relâcheront la bride… Il y aura ceux qui seront passés à travers la tempête, qui auront préservé une situation financière confortable et qui revivront presque comme avant. Puis, il y aura ceux qui auront eu moins de chance et qui ne comprendront pas que la collectivité ne puisse pas plus pour eux.
Quant aux pouvoirs publics, quoi qu’ils fassent, ils seront critiqués et de toutes les manières (hormis accélérer la planche à billets) ne pourront pas faire de miracle (à court terme en tous cas).

Oui, ce virus aura été le gravier dans la chaussure de L’HOMO CONSOMMATUS. Il l’aura contraint à s’asseoir et faire une pause. Mais il y aura bien un « après » économique et social qui fera chavirer, à n’en pas douter, les certitudes acquises. Ce sera le thème de mon prochain Blog.

SI VOUS ACCORDEZ DE L’INTERET POUR CES PAGES, JE VOUS INVITE A VOUS ABONNER (en cliquant en bas de ce site) AINSI,VOUS SEREZ PRÉVENU A CHAQUE NOUVELLE PARUTION.
Merci pour votre attention.

Newsletter